Abra(cadabra).

Abra, la nouvelle étoile montante du R&B.

Détrompez-vous, je ne m’apprête pas à vous présenter un Pokémon (pour ceux qui n’auraient pas compris la référence, je vous invite à taper « Abra » sur Google, cela vous fera sourire), mais la nouvelle pépite du R&B contemporain. J’ai nommé Abra, de son vrai prénom Gabrielle, à l’origine d’un univers sonore et visuel enivrant et avant-gardiste que j’ai découvert le mois dernier en vagabondant sur YouTube. Son dernier EP intitulé Princess est sorti il y a quelques semaines et celui-ci s’est déjà fait largement connaître (et reconnaître) aux États-Unis. Cumulant des millions de vues sur YouTube, la chanteuse commence à faire parler d’elle outre-Atlantique. Le magazine féminin Elle lui a même consacré un article le 29 juillet. Signée par le label Awful Records, Abra dévoile un univers singulier et créatif mêlant R&B, pop et soul, le tout rythmé par des beats electro des années 1980. Un savoureux mélange qui donne des mélodies à la fois douces et puissantes, un brin mélancoliques et psychédéliques, sur lesquelles on a envie de se déhancher au ralenti les yeux fermés…

abra_blog_1

Élevée à Londres dans une famille de pasteurs, Abra débarque à l’âge de 8 ans à Atlanta. Son éducation très stricte et religieuse a rendu difficile son intégration au lycée et c’est pour oublier ce sentiment d’exclusion qu’elle s’est réfugiée dans la musique. Très vite, notamment sur YouTube et Twitter, elle se fait remarquer grâce à des reprises acoustiques de morceaux hip-hop, dévoilant une voix claire et vulnérable, mais aussi profonde et intense. Grâce au monde virtuel et aux possibilités créatives d’Internet, elle travaille son univers, expérimente des sons et arrive à se forger son identité artistique sans la pression habituelle de l’industrie musicale. Accompagnée de son laptop, elle réalise ses morceaux en intégralité de leur conception à leur production. C’est en 2014 qu’elle intègre le label Awful Records dirigé par le rappeur Father. Dans ce milieu masculin où règnent les rappeurs, Abra arrive à exprimer sa musique et à approfondir son projet artistique. Elle n’hésite d’ailleurs pas à remercier son label, dans lequel elle s’est imposée comme l’unique artiste féminine : « Ils m’ont donné un contexte dans lequel exister ».

Après son premier album, l’enivrant Rose sorti en juin 2015, Abra revient avec Princess sur lequel on retrouve les excellents morceaux Crybaby et Come 4 Me. Dans la lignée de sa première réalisation, on y retrouve les sonorités singulières des années 1980 qui marquent l’empreinte musicale d’Abra : « La musique des années 1980 et 1990 me rappelle une époque à laquelle je me sentais bien, donc j’essaie naturellement d’en injecter dans ma musique… ». Influencée par des artistes pop dont Justin Timberlake et Aaliyah (à qui on lui prête d’ailleurs une ressemblance troublante), Abra trouve également l’inspiration dans la musique punk et rock des années 1990. Ajoutez-y les musiques religieuses que ses parents lui faisaient écouter lorsqu’elle était petite, et vous aurez la définition de la musique d’Abra : une sorte de mixte entre l’electro, le jazz, le funk, le rock et le R&B. Avec une musique hétérogène, son apparence aussi dark que sexy et ses attitudes à la fois innocentes et rebelles, Abra a déjà tout d’une grande.

J’admire les artistes qui arrivent à inventer la musique ou plutôt à la réinventer. Ceux qui me font découvrir des sons que l’on n’a pas l’habitude d’entendre sur les ondes. Ceux qui prennent des risques et qui s’affirment en dehors des normes commerciales. Abra fait partie de ces artistes-là. Son style est unique et inimitable, et je pense que l’on entendra beaucoup parler d’elle dans les années à venir. Écouter Abra, c’est un peu comme si l’on décidait de tripper naturellement. Vous êtes clean, mais l’effet est aussi fort que sous l’emprise d’une drogue. C’est un peu comme si vous marquiez « pause » dans votre quotidien et que vous vous laissiez planer vers des contrées lointaines inconnues : vous ne savez pas où vous allez, mais le voyage vous transcende et c’est tout ce qui importe. Ne résistez pas, écoutez et laissez-vous aller… La magie « abracadabrante » ne fait que commencer.

À écouter ♫ BLQ VELVET / Rose / Princess

Sources :

– Odelia –