Sous le charme du Bassin d’Arcachon.

Un été dans le Sud-Ouest.

C’est avec le coeur lourd et les joues encore humides de larmes que je quitte cette magnifique terre d’accueil où j’ai séjourné cet été : le Bassin d’Arcachon. Cet endroit, à la fois paisible et en constante effervescence, a marqué un tournant dans ma vie et m’a fait prendre conscience de mon besoin grandissant de me retrouver dans un coin en connexion avec la nature et au style de vie provincial. Une envie soudaine de quitter le stress de la routine parisienne pour m’installer dans une ville plus détendue, de m’enraciner dans un environnement en phase avec mes aspirations et avec ce qui m’anime au plus profond de mon être.

Arcachon2

Il n’y a pas la moindre chose que je n’ai pas appréciée dans ce petit bout de la France. Ses plaines landaises sauvages, ses forêts à perte de vue, ses paysages dessinés par les maisons plain-pied à l’architecture délicate, semblables aux résidences pavillonnaires de Desperate Housewives. L’odeur du doux mélange des pins et du sable transportée par la brise atlantique, ses ballets de cerf-volants sur les plages touristiques où le souffle du vent se mêle aux rires des enfants, ses bancs de sable réguliers qui dessinent l’horizon quand la mer redescend du Bassin. Le goût salé et aromatisé des moules-frites dégustées prêts des cabanes de pêcheurs, ses coins de terre reculés à l’abri des regards, ses vagues déchaînées sur les plages océanes qui emmènent dans leur valse les surfeurs téméraires. Le Lillet fruité savouré au coucher de soleil sur la Dune du Pyla, ses glaces aux saveurs variées de la maison locale Sorbet d’amour, ses pistes cyclables en bordure des forêts, sa foule de touristes déambulant en vélo dans les villes, ses canelés sucrés et fondants en bouche…

Créa_Fil_Polaroid1

Je ramène avec moi des souvenirs qui resteront intacts et me donnent déjà l’envie d’y retourner. Comme un besoin vital inexplicable, une source d’oxygène nouvelle, ce petit bout de la France est devenu ma seconde maison. On tombe tous sous le charme de certains endroits, en France ou à l’étranger. Notre coeur nous indique parfois qu’il se sent chez lui comme nulle part ailleurs. Une sorte de coup de foudre environnemental semblable au coup de foudre sentimental, comme lorsque l’on rencontre la « bonne personne », je pense que l’on peut aussi parfois rencontrer « le bon endroit ». Libre à nous alors d’écouter notre coeur et de délaisser un cadre de vie qui nous semblait jusqu’ici plus raisonnable, réaliste, logique, pour suivre notre sentiment. On nous impose souvent des schémas de vie aux idées préconçues, en nous faisant croire que tout se passe dans la Capitale et qu’une fois passé les frontières de Paris, il n’y a plus grand chose à faire : les opportunités professionnelles, les activités culturelles, les sorties… Alors pourquoi autant de personnes franchissent le pas et décident de partir en Province ou à l’étranger ? Au fond, je suis certaine que même les plus Parisiens des Parisiens ont cette petite question qui trotte dans un coin de leur tête : « Et si c’était mieux ailleurs ? ». Contrairement à eux, je préfère expérimenter et obtenir la réponse dans les prochains mois, plutôt que de rester dans l’incertitude et dans un confort de vie que je m’efforce de voir comme le meilleur. Tout plaquer et partir ailleurs, pour se reconnecter avec soi-même et créer de nouvelles surprises. Le changement, finalement. Et si c’était ça, la clé du bonheur ?

– Odelia –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s