Et Dieu créa Tash Sultana.

Tash Sultana, le nouveau génie musical.

Il y a quelques jours, alors que je m’apprêtais à aller me coucher, j’errais sur Facebook en scrollant machinalement mon doigt sur l’écran, à la recherche de la dernière vidéo drôle qui a fait le tour des réseaux sociaux, d’une citation ou d’un jeu de mots inspirant que j’aurais pu ressortir le lendemain au boulot pour surprendre mes collèges… Je divaguais  comme à mon habitude, sans grande attente, dans l’océan des contenus partagés Facebook, quand soudain, mes yeux ont été happés par le partage d’une vidéo YouTube. Plantée là au milieu de mon feed, parmi les dernières vidéos de « lolcat » cumulant les millions de vue et les derniers posts sponsorisés d’ASOS et de Unicorn-lovers (oui, je suis abonnée à une page dédiée aux produits dérivés de licornes – please, don’t judge me).

Ce qui a retenu mon attention, c’est d’abord la miniature de cette vidéo : une personne au look décontracté, se tenant au milieu de son salon, une guitare à la main. Puis, le titre évocateur : « LIVE BEDROOM RECORDING ». Ma curiosité est piquée, je me dis que c’est peut-être une reprise originale… Je clique, le son se lance. Les premiers accords s’enchaînent et je continue de scroller en tendant l’oreille. Quelques secondes défilent, puis un solo de guitare surgit brusquement de nulle part. Et là, boum. Je n’entends plus, j’écoute. Mon cerveau se déconnecte brusquement de mon feed et une bulle se forme peu à peu autour de mes oreilles, comme si je plongeais la tête sous l’eau et que le silence de l’apnée m’emportait. Mes yeux reviennent sur cette vidéo, pour que je mette des images sur ce son si singulier. La magie opère. Mes poils se hérissent, je suis parcourue d’une sensation à la fois perturbante et jouissive, cet espèce d’instinct musical qui me dit « Ah ouais, là, c’est du lourd. ».

C’est alors que la musique prend vie sous mes yeux, et que je découvre une jeune artiste capable de sortir avec une aisance et une décontraction déconcertantes un son de guitare à la Jimi Hendrix (regardez la vidéo et tendez l’oreille à la 30ème seconde quand le solo démarre, c’est saisissant). Ce genre de son qu’on n’entend plus sur les ondes, qui nous plonge dès la première note dans la nostalgie du rock brut des années 1970s, quelque chose de si rare à notre époque. Avec sa casquette à l’envers et ses cheveux décoiffés, son tee-shirt oversize et son style teenage, j’ai cru au premier regard que c’était un jeune lycéen. Il faut dire que son visage androgyne prête à confusion. Même sa voix, à la fois éraillée et délicate, sème le doute. On dirait l’un de ses chanteurs à la voix écorchée vive, comme Asaf Avidan. Comme quoi, les apparences sont trompeuses. Car oui, Tash Sultana n’est pas un adolescent surfeur vivant à la roots.

Pola_Tash1

Tash Sultana est une femme. De son vrai nom Natasha, Tash Sultana est née en 1995 à Melbourne. Elle a commencé la guitare à l’âge de trois ans (je ne remercierai jamais assez son grand-père pour lui avoir offert cette guitare). Elle s’est perfectionnée et auto-formée, et sait désormais jouer près de 10 instruments différents, de la guitare à la basse, en passant par la flûte, les percussions et le saxophone. Comme de nombreux artistes, Tash Sultana a rencontré le succès grâce à sa chaîne YouTube où elle poste régulièrement des vidéos d’elle en train de composer. Et pourtant, son vécu ne la prédisposait pas à une telle ascension. Tash Sultana est en effet une ancienne droguée. Elle a sombré dans les stupéfiants à l’âge de 17 ans et s’est retrouvée dans la rue. C’est en renouant avec la musique et suite à une longue période de thérapie qu’elle a réussi à sortir de ses addictions et retrouver peu à peu un sens à sa vie. Ce passé tumultueux et sa sensibilité se ressentent dans chacune de ses chansons, notamment dans sa voix brute et éraillée qui semble crier et venir des tripes, comme un nouveau souffle, une renaissance, qui s’exprime à chaque seconde.

Elle cumule désormais des millions de vues sur YouTube et de nombreux internautes la suivent aux quatre coins du monde. Il suffit de lire les commentaires sur ses vidéos pour se rendre compte de l’émerveillement et de l’admiration qu’elle suscite : « Elvis Presley The Beatles, Michael Jackson et plein d’autres grandes stars. Aujourd’hui, nous avons TASH SULTANA. » Les comparaisons avec les plus grands vont bon train, et c’est légitime. À la croisée de Janis Joplin et Tracy Chapman, Tash Sultana révolutionne la musique par une maîtrise et une originalité époustouflantes. Chacun de ses morceaux révèle des sons surprenants et des combinaisons instrumentales uniques. Je me souviens encore de la surprise que j’ai eue quand j’ai découvert qu’elle faisait du beatbox aussi aisément qu’elle gratte les cordes de sa guitare. Tout ça entremêlé par des loops aux inspirations rock, reggae et électro. Je ne peux m’empêcher de trouver une similitude entre son génie musical et celui de Prince, qui lui aussi était autodidacte et maître de son processus créatif, en enregistrant chaque instrument les uns après les autres sur ses morceaux.

Aujourd’hui, elle connaît un grand succès dans son pays natal, l’Australie, où elle joue à guichets fermés. Sa tournée américaine affiche elle-même complet. Elle a sorti un premier EP, Notion, au début du mois de mars, et s’est produite pour la première fois à Paris lors d’un concert à la Maroquinerie le 4 juillet 2017 (j’ai loupé ça, et je m’en mords encore les doigts…). Il y a 2 mois, elle a dévoilé un nouveau morceau sur sa chaîne YouTube, Mystik, preuve qu’elle ne compte pas s’arrêter à son premier EP et qu’elle nous réserve encore de belles pépites musicales. Je n’attends que ça.

Mes coups de coeur 
Mystik / Notion / Jungle

– Odelia –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s